Opérationnel - Deux incendies nocturnes : deux morts

Publié le 22 mars 2013

Les premières heures de ce vendredi (0h48 pour l’un à Nice, 3h44 pour l’autre à Grasse) ont été marquées par deux incendies qui chacun ont fait une victime malgré l’intervention rapide des secours et la mise en action de nombreux moyens en hommes et en matériel.


Il n’était pas encore une heure du matin lorsque les sapeurs-pompiers - essentiellement de Bon Voyage et de Magnan -, ont été appelés à la suite du feu généralisé d’un appartement situé rue Joseph Arnaldi, à hauteur du 76 route de Turin à Nice. Un duplex de 150 mètres carrés, squatté et difficile d’accès (barreaux aux fenêtres, entrées murées à l’exception d’un infime passage) et situé au premier étage d’un petit immeuble en comptant deux.


A l’arrivée des secours, trois personnes blessées étaient sur le trottoir, et accroché à la fenêtre du second étage embrasé, un homme qui a disparu après avoir été sauvé grâce à l’utilisation d’une échelle à coulisses.


Deux LDMRS 500 ont été nécessaires pour éteindre les flammes. Si trois personnes blessées ont été évacuées sur l’hôpital Saint-Roch de Nice, le corps d’un homme âgé d’une trentaine d’années a été découvert visiblement asphyxié, dans une salle d’eau au 2e étage.


Un sinistre sur les lieux duquel le commandant Philippe Bergont et le capitaine Stéphane Jeune, commandant des opérations de secours, se sont entretenus avec le substitut du Procureur de la République, le SMUR, la police nationale et les services de la ville qui ont dû reloger deux adultes et un enfant.

Au total, 43 sauveteurs dont un médecin et un infirmier ont été mobilisés pendant plusieurs heures, la fin de l’intervention ayant été enregistrée à 6 heures.
 
Les secours étaient encore sur les lieux à Nice quand ceux de Grasse étaient appelés pour un feu de cave, 22 rue de la Fontette dans la vieille ville. Là encore le bilan est lourd puisque le feu de détritus au sous-sol d’un immeuble de trois étages a fait une victime découverte pendant l’extinction des flammes.


Vingt-six sapeurs-pompiers du CIS de Grasse sous les ordres du capitaine David Demandols, ont combattu cet incendie qui mit un terme à 48 heures d’une activité intense et dramatique sur le GT Ouest avec :
- la découverte du corps d’un jeune SDF à Cannes,
- le suicide par noyade d’un homme de 88 ans dans une piscine de Mougins,
- la défénestration à Cannes d’une personne qui n’a pas survécu,
- cet incendie mortel sur les lieux duquel les secours se trouvaient toujours ce matin à 9 heures.
- l’incendie à 5 heures ce matin à Cannes de trois voitures et d’une embarcation sur un parking à l’air libre, avenue du Roi Albert. 23 hommes mobilisés.

Les dernières actualités
5 octobre 2022
#ParlonsHistoire_1970 : dramatique début octobre
Octobre 2020… Les drames de la tempête « Alex » s’abattaient sur nos Alpes-Maritimes. Impossible, dans ces temps difficiles, d’établir un parallèle historique avec les évènements vécus par les varois et les maralpins, cinquante années plus tôt. J’avais donc gardé en mémoire cette similitude de dates où le feu et non l’eau dévastait notre région occasionnant 11 morts dans le département voisin et meurtrissant profondément Mandelieu.
5 octobre 2022
Séminaire de la sous-direction territoriale
La sous-direction territoriale a organisé le 13 septembre dernier son séminaire de rentrée sur la commune de Roquefort les Pins.
20 septembre 2022
#ParlonsHistoire : Une histoire de 15 août… il y a 160 ans…
Les lignes de cette page d’histoire de mi-septembre nous ramènent loin…. A une époque où seulement depuis deux années, le fleuve Var n’était plus frontière et que le rattachement, en 1860, du Comté de Nice à la France venait de faire renaitre notre département des Alpes-Maritimes.