GT Centre. Un violent feu d'appartement à Antibes mobilise trente-six sapeurs-pompiers.

Publié le 01 mai 2015


Le 23 mars 2015, à 2h23, des appels de secours sont adressés au CTA arrondissement de Grasse pour un feu d’habitation généralisé, route de Nice à Antibes.


Immédiatement, le CTA engage les premiers secours : 1 VLO (véhicule liaison officier), 1 FPT (fourgon pompe tonne), 1 EPC (échelle pivotante combinée), 1 VLI (véhicule léger infirmier) Antibes, 1 FPTL (fourgon pompe tonne léger) Biot et 1 VSAV (véhicule de secours et d’assistance aux victimes) Vallauris.



A l’arrivée de ces moyens, une partie du dernier étage d’un bâtiment d’habitation R+1 est déjà totalement embrasé. Les sapeurs-pompiers constatent que le feu a détruit environ 50m2 de toiture et menace de se propager au reste de la maison.


Deux personnes, l’occupante de la partie embrasée, et un homme logeant au rez-de-chaussée, sous le sinistre, attendent les soldats du feu sur le bord de la route.


La promptitude des secours antibois et biotois permettent la mise en œuvre rapide de trois lances en réaction immédiate :

- 1 lance sur EPC afin d’éviter la propagation sur l’arrière de la toiture,
- 1 LDMRS 500 par les communications existantes,
- 1 PL (petite lance) de plain-pied en protection de la façade.

Simultanément, des reconnaissances sont menées sur les lieux du sinistre et permettent le regroupement de 8 personnes indemnes, dans le hall d’un immeuble situé de l’autre côté de la route de Nice. Ces victimes, examinées par l’infirmier sapeur-pompier du VLI (Véhicule léger infirmier), sont prises en charge progressivement par le chef d’agrès du VSAV Cagnes-sur-Mer. Dès l’arrivée du chef de colonne Centre, ce dernier devient chef du secteur sanitaire.

La logistique est assurée par le véhicule LOG de Roquefort-les-pins et la circulation est coupée dans les deux sens sur la D 6007 par la police nationale.


A 3h50, et grâce à l’action rapide et efficace des moyens mis en œuvre pour stopper l’extension du feu, le sinistre est maitrisé. Puis, durant deux heures et à l’aide de la caméra thermique notamment, les sapeurs-pompiers procèdent aux opérations de déblai.


Aucune victime n’est à déplorer, mais un appartement de 30 m2 ainsi que 50 m2 de toiture sont entièrement détruits.


L’ingénieur de la ville d’Antibes s’est rendu sur place pour vérifier la stabilité de l’édifice, la virulence du feu ayant causé d’importantes fissures sur les façades du bâtiment. Les logements sont déclarés inaccessibles jusqu’à l’expertise qui se déroulera le lendemain. 8 personnes seront relogées dont une prise en charge par la mairie.


Trois points importants ont favorisé la lutte contre ce virulent feu d’habitation  :

- la localisation du sinistre à mi-chemin entre Antibes et Biot. Cette proximité a permis de coordonner en simultanée la mise en œuvre rapide d’importants moyens hydrauliques et les reconnaissances effectuées dans le bâtiment, et ce malgré les cheminements et la configuration complexes des appartements,
- la collaboration et la réactivité des services extérieurs (mairie, ErDF, GrDF, Police nationale),
- le comportement des chefs d’agrès et de leurs personnels, dont la sérénité, la discipline et le professionnalisme ont permis un déploiement rapide et efficace.

Cette opération a permis une fois encore de mettre en évidence la bonne coordination et coopération entre les casernes du Groupement Centre.


Avec l’aimable collaboration du Capitaine Xavier WIIK, adjoint au chef du CIS Antibes, GT Centre.


Les dernières actualités
7 février 2023
Classements du Challenge Départemental de ski des sapeurs-pompiers 2023
Une centaine de concurrents s’est donnée rendez-vous samedi dernier sur les pistes de ski d’Auron à l'occasion du challenge départemental de ski alpin.
6 février 2023
Service civique : 12 postes au SDIS 06 pour une durée de 8 mois en 2023
L'agence du service civique a accepté le renouvellement de l’agrément et accorde 12 postes au SDIS 06 pour une durée de 8 mois sur l'ensemble de l'année 2023.
27 janvier 2023
#ParlonsHistoire 27 janvier 2003 - Accident ferroviaire dans les Alpes-Maritimes
Il est 11 heures, 09 minutes, 14 secondes, ce lundi 27 janvier 2003 lorsque, décrochant l’appel, l’opérateur du 112 reçoit l’information « je suis un conducteur de train SNCF, il vient d’y avoir un face à face entre deux trains dans le tunnel avant la gare de Saint-Dalmas de Tende en montant ».