Festival international du film de Cannes. Le GT Ouest mobilisé.

Publié le 29 mai 2013

Clap de fin pour le 66e Festival International du Film de Cannes qui s’est déroulé du 15 au 26 mai sur la Croisette.

Comme chaque année, une multitude de stars, d’acteurs, de professionnels du cinéma et du spectacle -sans oublier la presse-, s’est rassemblée afin d’assister à la projection de plus de 140 films dont les 20 films de la sélection officielle. Les spectateurs n’ont pas été en reste puisque malgré une météo mitigée, plusieurs milliers de personnes étaient présents chaque jour à la montée des marches.

Afin de faire face à cet accroissement de population concentrée tant dans les hôtels de luxe, les yachts, les villages de tentes construits à l’occasion…, les sapeurs-pompiers du GT Ouest ont assuré la sécurité des festivaliers avec la mise en œuvre d’un dispositif conséquent sur le site du Palais, dans les CIS cannois (Cannes-la-Bocca, Pastour et Mougins) mais aussi sur la Croisette où chaque soir un dispositif d’intervention était positionné (FPTL, VSAV et officier).





Soit au quotidien 26 sapeurs-pompiers (dont 4 dans le cadre d’un Détachement Préventif de Sécurité assuré par l’UDSP) qui ont contribué à la sécurité de la manifestation.






De nombreuses interventions ont été réalisées. Toutes effectuées avec célérité, discrétion, professionnalisme et une efficacité exemplaire.

A noter durant l’une des nombreuses montées des marches, l’engagement du « détachement Croisette » pour un feu survenu dans un hôtel situé rue du commandant André.

Cinq minutes à peine après le premier appel, les secours étaient sur place, limitant ainsi l’incendie à une chambre même fortement endommagée. Les secours habituels (Pastour), ralentis par des problèmes de circulation, se présentaient sur les lieux 11 minutes après le déclenchement de l’alerte. L’efficacité du dispositif déployé sur le terrain a montré là toute son efficacité.


Durant les 12 jours de cet évènement très médiatisé sur la scène internationale, des centaines de caméras et micros pointaient le moindre évènement susceptible d’intéresser le public ou de faire le « buz ».





Le mouvement de panique provoqué par les deux coups de feu tirés par un déséquilibré (pistolet d’alarme) en direct du Grand Journal de Canal + face à l’hotel Martinez, n’est qu’un exemple du type de situation auquel l’ensemble des services de sécurité a dû faire face. L’individu a été rapidement maitrisé par les CRS. Outre l’arme utilisée, il avait en sa possession une grenade factice






Un bilan qui mérite des félicitations à l’ensemble des personnels qui a œuvré au bon déroulement de cet événement, tant en amont (service opération, prévision, prévention) qu’au quotidien avec les équipes opérationnelles présentes sur le terrain. Au demeurant, le député maire de Cannes, Bernard Brochand et Hervé Demay, Secrétaire général représentant le sous- préfet de Grasse, ont tenu lors d’une réunion en mairie à faire connaître leur satisfaction quant à l’excellent travail réalisé par les sapeurs-pompiers et ont demandé au lieutenant-colonel Erick Calatayud d’être leur porte-parole pour remercier et féliciter l’ensemble des personnels.


Les dernières actualités
5 octobre 2022
#ParlonsHistoire_1970 : dramatique début octobre
Octobre 2020… Les drames de la tempête « Alex » s’abattaient sur nos Alpes-Maritimes. Impossible, dans ces temps difficiles, d’établir un parallèle historique avec les évènements vécus par les varois et les maralpins, cinquante années plus tôt. J’avais donc gardé en mémoire cette similitude de dates où le feu et non l’eau dévastait notre région occasionnant 11 morts dans le département voisin et meurtrissant profondément Mandelieu.
5 octobre 2022
Séminaire de la sous-direction territoriale
La sous-direction territoriale a organisé le 13 septembre dernier son séminaire de rentrée sur la commune de Roquefort les Pins.
20 septembre 2022
#ParlonsHistoire : Une histoire de 15 août… il y a 160 ans…
Les lignes de cette page d’histoire de mi-septembre nous ramènent loin…. A une époque où seulement depuis deux années, le fleuve Var n’était plus frontière et que le rattachement, en 1860, du Comté de Nice à la France venait de faire renaitre notre département des Alpes-Maritimes.