Hygiène et sécurité - Attention à la bague au doigt...

Publié le 03 avril 2012

La mission hygiène et sécurité attire l’attention sur les risques d’accidents liés au port de bagues et d’alliances pouvant être lourds de conséquences. On compte plus de 350 accidents graves par an, près d’une amputation par jour.

Dans le monde du travail, le nombre des accidents de la main est constant depuis quelques années : environ 530000 par an.

Les lésions digitales liées aux bagues et alliances sont parmi les accidents de la main les plus graves et les plus difficiles à traiter. La traction d’une bague sur un doigt provoque le « ring finger » : nerfs, vaisseaux, tendons et système ostéo-articulaire ne cèdent pas au même niveau, cela conduit à un « dégantement » partiel ou total du doigt. Les chirurgiens doivent arbitrer entre préjudice esthétique et fonctionnalité mais la perte du doigt peut s’avérer définitive.

Le coût d’une blessure à la main varie de 7500 à 20000 euros.

Les cas d’accident les plus fréquents sont :

- en sautant d’un véhicule,

- en retombant d’un grillage,

- par un objet en mouvement,

- en s’accrochant à un clou,

- en tombant d’un escabeau,

- en accrochant ses clés,

- en claquant une porte,

- en plongeant,

- en sautant d’un bateau.

Différentes pistes sont étudiées pour renforcer la prévention de ce risque :

- inciter les professionnels de la bijouterie à mener une réflexion sur l’intégration du risque dans la fabrication des bagues.
- fendre l’anneau

Dans de nombreux règlements intérieurs, les bagues sont interdites mais les alliances sont tolérées, ces dernières revêtant un caractère particulier.

Le règlement intérieur ne peut apporter de restrictions aux libertés individuelles qui ne soient pas justifiées par la nature des tâches. Donc, une interdiction de port ne peut être envisagée que sur un poste spécifique, avec un risque latent clairement identifié.

Le même problème peut se poser avec une montre, un bracelet....et un poignet !

Soyez vigilant et prudent.

Les dernières actualités
20 février 2020
SDIS 06. Visite de nos homologues italiens.
Jeudi 6 février 2020, les Vigili del fuoco, qui constituent le Corps d’Etat des Sapeurs-Pompiers Italiens, sont venus nous rendre visite afin de connaître nos procédures d’alerte des secours et visiter nos salles opérationnelles. Ils ont été accueillis par le Directeur départemental, le Contrôleur général René DIES, le Directeur départemental adjoint le Colonel Jimmy GAUBERT, le colonel Marc GENOVESE, ainsi que des officiers représentant le groupement de l’alerte. La délégation présente était composée de responsables techniques de la Direction Générale de Rome, du responsable du centre 112 à Saluzzo qui recueille toutes les demandes de secours pour la région du Piémont et du chef du centre d’incendie de Cuneo accompagné de quelques collaborateurs.
13 février 2020
SDIS 06. Pose de la 1ère pierre du futur CIS de Saint-Martin du Var.
Le samedi 1er février 2020, a eu lieu la symbolique pose de la 1ère pierre du futur CIS de Saint-Martin du Var et du poste de commandement des sapeurs-pompiers de la compagnie Pays Niçois, qui viendront remplacer la caserne de Plan du Var et du PC Nord de Gilette.
11 février 2020
SDIS 06. Inauguration de la caserne de Saint-Laurent du Var
La qualité du service public de secours et une réponse opérationnelle au plus près des populations, la caserne de Saint-Laurent du Var a été inaugurée le 24 janvier dernier par le Président Charles Ange GINÉSY en présence du Contrôleur Général René DIES, du maire de Saint-Laurent du Var Joseph SEGURA, d'élus du département, d'élèves du collège Saint-Exupéry et des élèves de l’option croix rouge du collège Pagnol.