Prévention - Ceinture de sécurité : à l’avant et à l’arrière.

Publié le 21 janvier 2011

Les routes azuréennes sont moins meurtrières. C’est ce que révèle le bilan provisoire 2010 de la sécurité routière dans les Alpes-Maritimes. L’année dernière, le nombre de tués (58) a diminué de 22,7% par rapport à 2009. Même tendance pour les blessés (2820) et les accidents corporels (2 359), qui reculent respectivement de 10,9% et 8,6%.

Les principales victimes de la route sur la Côte d’Azur restent les conducteurs de motos, cyclomoteurs et vélos : 31 ont trouvé la mort en 2010. Viennent ensuite les voitures et poids lourds (15), puis les piétons (12).

"Sauver par leurs ceintures de sécurité" - Accident de la circulation - La colle sur loup

Pour faire baisser ces chiffres, la préfecture « ne fera pas de cadeau ». Courant 2011, 13 nouveaux radars de dépassement de feu rouge devraient voir le jour dans le département, dont huit à Nice et un à Cannes. Parmi les autres nouveautés : cinq radars « tronçon », calculant la vitesse moyenne entre deux points, pourraient être installés, dont un sur l’A8 ; ainsi que des outils de contrôles spécial poids lourds.

Un bilan auquel le port de la ceinture de sécurité n’est pas étranger. En effet, on estime que ce simple geste permet de sauver chaque année entre 800 et 1200 vies. Mais il est vital que tous les passagers bouclent leurs ceintures à l’avant comme à l’arrière.

Si le port de la ceinture à l’avant est en constante progression, il n’en est pas de même pour le port de la ceinture à l’arrière des voitures. Il faut dire que ce n’est pas un geste encore bien entré dans les mœurs. Le port de la ceinture à l‘arrière est obligatoire depuis seulement 1990 soit 11 ans après l‘obligation du port de la ceinture à l’avant qui elle date de 1979.

La plupart des passagers d’un véhicule n’ont malheureusement pas encore enregistré ce geste machinal qui est de boucler sa ceinture à l’arrière et peut s’avérer vital lors d’un accident. D’après la prévention routière, 32% des passagers n’attachent toujours pas leurs ceintures à l’arrière. Ce qui est encore beaucoup.

La loi est pourtant claire sur le sujet depuis 1994. Le non - port de la ceinture, même à l’arrière, entraîne le retrait d’un point sur le permis de conduire du conducteur et une amende d’environ 35€ par occupant non ceinturé.

Pourquoi le port de la ceinture est-il indispensable ?

Parce que l’enjeu est d’importance en matière de vie humaine, de traumatismes épargnés, la sécurité routière renouvelle sans cesse des messages de sensibilisation de plus en plus chocs. En 2003, sur les autoroutes, 61% des passagers arrière tués n’avaient pas attaché leur ceinture. Un petit clip aurait peut-être suffit à leur sauver la vie.

Il est pourtant simple de se souvenir que le non - port de la ceinture, à l’avant comme à l’arrière, multiplie par 5 le risque d’être tué.

La prévention routière a quelques phrases clés qui permettent de bien comprendre l’importance du port de cette ceinture :

- A l’avant comme à l’arrière, la place du mort est celle sans ceinture.
- Sans ceinture de sécurité, un choc à 50 km/h équivaut à une chute du 4ème étage.
- Dans un choc à 50 km/h, un enfant de 30 kg assis à l’arrière sans ceinture devient un projectile d’une tonne.
- Pour un passager arrière sans ceinture, le siège avant devient un véritable mur de béton sur lequel il vient s’écraser.

Les dernières actualités
17 janvier 2022
Le SDIS 06 recrute des sapeurs-pompiers volontaires saisonniers (saison estivale 2022)
Pour la saison estivale 2022, le service départemental d'incendie et de secours recrute des sapeurs-pompiers volontaires.
13 janvier 2022
Un premier janvier 2002
Elle débutait avec une activité soutenue cette année 2002… Les conditions météorologiques plaçaient, depuis plus de deux semaines, notre département dans une dynamique propice aux feux de l’espace naturel.
12 janvier 2022
Les ateliers de l’IMREDD - 120 étudiants immergés au cœur de 24 crises « IMPACT »
Les 29 et 30 novembre dernier, 120 étudiants de l’IMREDD (Institut Méditerranéen du Risque de l’Environnement et du Développement Durable) se sont vaillamment confrontés à la gestion de 24 crises de toutes natures (naturelle, technologique, sanitaire, sociale et attentat).