Cagnes-sur-Mer - Où comment ne pas banaliser la remise de galons.

Publié le 18 mars 2011

C’était il y a quelques jours au Centre de secours principal de Cagnes-sur-Mer. Thierry Bonzi, Pierre Moulierac, Nicolas Salazar, Franck Trappler ont été promus « sergent », Stéphane Chevalier promu « caporal » à l’issue d’une manifestation à laquelle le capitaine Jean-Marc Echampe, chef du centre, accompagné de ses adjoints le capitaine Christophe Ricci et le lieutenant Yann Pommereau, souhaita donner une vraie dimension, parce que l’on ne saurait banaliser le passage au grade supérieur.

Les nouveaux promus du CIS Cagnes sur mer.

C’est ainsi que réunis sur leur temps de repos, les cinq promus auront passé deux heures d’échanges avec le commandement territorial et les chefs de section.

Bénéficier d’un avancement est une chose qui ne doit rien au hasard. Etre pleinement reconnu dans ses nouvelles responsabilités en est une autre. Aussi, le capitaine Jean-Marc Echampe profita-t-il des circonstances pour élargir son propos au statut des sapeurs-pompiers professionnels, à la déontologie de la profession, au contenu des fiches de postes relatives aux divers emplois opérationnels etc.

Les quatre nouveaux sergents pourront désormais être chefs d’agrès. Le centre de Cagnes-sur-Mer en compte désormais treize pour chaque section opérationnelle. De nouvelles responsabilités qui valaient à l’évidence de marquer l’évènement en expliquant le pourquoi de ces avancements résultant, entre autre, d’évaluations annuelles qui ne sauraient se résumer à de simples formalités administratives.

Très attaché à une relation de qualité indispensable à un management de proximité, le capitaine Echampe a atteint son objectif partagé par l’ensemble de son commandement et la hiérarchie de proximité. Mission réussie avec en point d’orgue, la remise des galons aux promus devant la garde incendie.

Les dernières actualités
5 octobre 2022
#ParlonsHistoire_1970 : dramatique début octobre
Octobre 2020… Les drames de la tempête « Alex » s’abattaient sur nos Alpes-Maritimes. Impossible, dans ces temps difficiles, d’établir un parallèle historique avec les évènements vécus par les varois et les maralpins, cinquante années plus tôt. J’avais donc gardé en mémoire cette similitude de dates où le feu et non l’eau dévastait notre région occasionnant 11 morts dans le département voisin et meurtrissant profondément Mandelieu.
5 octobre 2022
Séminaire de la sous-direction territoriale
La sous-direction territoriale a organisé le 13 septembre dernier son séminaire de rentrée sur la commune de Roquefort les Pins.
20 septembre 2022
#ParlonsHistoire : Une histoire de 15 août… il y a 160 ans…
Les lignes de cette page d’histoire de mi-septembre nous ramènent loin…. A une époque où seulement depuis deux années, le fleuve Var n’était plus frontière et que le rattachement, en 1860, du Comté de Nice à la France venait de faire renaitre notre département des Alpes-Maritimes.