Feux de forêts. Un Beriev 200 à l’essai.

Publié le 25 juillet 2011

Dans le cadre d’une évaluation et d’une expérimentation lors de la saison feux de forêts 2011, la filiale EADS Irkut seaplane a mis à disposition de la Direction de la Sécurité Civile un Beriev 200.

Cet avion, alloué à la France pour une durée déterminée depuis le 29 juin 2011 et à hauteur de 50 heures de vol, a survolé il y a quelques jours les côtes des Alpes-Maritimes pour une opération de repérage.

L’objectif de cette expérimentation était d’étudier la capacité opérationnelle de l’avion dans les missions de lutte contre les feux de forets en France. La fonction cargo a également été testée avec le chargement type d’un DICA.

Conditions d’engagement en lutte contre les feux de forêts

- Après une première phase de test d’une dizaine d’heures, l’avion, basé à Marseille Provence pouvait intervenir sur feux. Un pilote français a été inclus dans l’équipage russe pour toutes les missions opérationnelles et d’entraînement.

- Le BE-200 intervient en avion isolé et ne peut donc être intégré à une noria.

- Le membre d’équipage français, en charge des liaisons radio air/sol, répond à l’indicatif radio : « Beriev ». En cas de présence de la coordination sur le sinistre, l’interface se fait à l’instar des autres avions via Icare.

- Il ne dispose que d’une seule fréquence air/air : 123.100. Aussi, lors de son engagement, tous les aéronefs sur zone basculent automatiquement sur cette fréquence de travail afin d’évoluer en toute sécurité.

Principales caractéristiques :

- Avion amphibie
- capacité d’emport en eau de 6 à 12 tonnes
- capacité d’emport en moussant : 1.3 m3
- vitesse de croisière : 550-610 km/h
- longueur : 32 mètres
- envergure : 33 mètres
- indicatif radio : beriev
- transport de fret : 7.5 tonnes
- transport de passagers : 44 personnes
- longueur du plan d’eau pour l’écopage : environ 2.6 km (en cours de validation)
- les largages pouvant s’effectuer en un ou deux passages en fonction de l’emport en eau.

NB. Sensibiliser les assistances plan d’eau d’une vitesse d’écopage supérieure à celle d’un Canadair. Il est impératif de respecter les distances de sécurité par rapport à l’axe d’évolution de l’appareil.

L’avion étant méconnu du grand public, lors de ses premiers écopages, les CTA des SDIS supports ont reçu de nombreux appels pour crash d’aéronef. Il convient donc d’informer les personnels CODIS de cet éventuel afflux de demandes de secours non justifiées.

Les dernières actualités
7 février 2023
Classements du Challenge Départemental de ski des sapeurs-pompiers 2023
Une centaine de concurrents s’est donnée rendez-vous samedi dernier sur les pistes de ski d’Auron à l'occasion du challenge départemental de ski alpin.
6 février 2023
Service civique : 12 postes au SDIS 06 pour une durée de 8 mois en 2023
L'agence du service civique a accepté le renouvellement de l’agrément et accorde 12 postes au SDIS 06 pour une durée de 8 mois sur l'ensemble de l'année 2023.
27 janvier 2023
#ParlonsHistoire 27 janvier 2003 - Accident ferroviaire dans les Alpes-Maritimes
Il est 11 heures, 09 minutes, 14 secondes, ce lundi 27 janvier 2003 lorsque, décrochant l’appel, l’opérateur du 112 reçoit l’information « je suis un conducteur de train SNCF, il vient d’y avoir un face à face entre deux trains dans le tunnel avant la gare de Saint-Dalmas de Tende en montant ».